Menu acceuil

Une affaire de famille

L'arbre givré - Copyright MEK

L’arbre givré – Copyright MEK

Une histoire d’héritage

Il y a maintenant un peu plus d’une semaine que j’ai accompagné mes parents à l’aéroport de Orly, et que nous nous sommes dit au revoir pour la énième fois dans ce hall A – témoin permanent de l’émotion des familles antillaises qui se séparent parfois dans les rires, parfois dans les larmes.

Je ne suis pas de ceux qui pleurent dans ces moments là. Mes parents non plus. Mais je ne cache pas qu’à mesure que le temps passe, je suis habité par une forme de nostalgie à l’idée que cela puisse être la dernière fois. Il y avait d’ailleurs dans les motifs divers de ce voyage quelque chose d’un peu particulier cette fois…

Depuis plusieurs années, mon père sous les conseils de quelques médecins avisés, s’offre régulièrement des soins en cure thermale. En raison notamment d’une arthrose grandissante liée à son âge avancé. Ma mère qui l’accompagne toujours, profite quant à elle d’un séjour au calme dans ces petits coins de France où les gens ont encore le contact et la parole faciles. Et puis lorsque l’on est de la Guadeloupe, cela suscite un peu plus la curiosité à Rochefort qu’en région parisienne.

Rochefort… c’est là que nous avons été “convoqués”, ma sœur, mon frère et moi le 24 août dernier par mon père pour une petite réunion familiale dont l’objet serait de nature à inquiéter le plus superstitieux d’entre nous : l’héritage.

Pourquoi diable mon père voudrait-il nous parler d’héritage et de succession ? Serait-il plus sensible aujourd’hui à l’appel du pied que lui feraient quelques douleurs bénignes ici et là, mais qui éprouvent le corps chaque fois un peu plus de façon irrémédiable ?

Pour l’avoir trouvé un poil plus fatigué que d’habitude, je crois qu’il y a en effet un peu de ça. Mais mon père lui, dont les maitres mots sont organisation et anticipation, considère simplement qu’à 73 ans il est temps de régler ces choses là. Il a raison !

De l’importance de trouver du temps pour ceux que l’on aime

Au delà de l’aspect purement administratif de cette démarche, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à la dimension hautement symbolique de ce moment. Un moment qui nous a donné l’occasion de nous retrouver en famille – chose qui, en raison de l’éloignement géographique et des obligations de chacun, ne se produit pas souvent. C’est ainsi que, ma mère, mon père, ma sœur, mon frère, ma petite nièce et moi avons partagé des instants rares et précieux.

Si j’insiste sur cela, c’est parce que par le passé lorsque mes parents étaient de passage en France, et notamment à Paris pour me rendre visite, je n’avais que très peu de temps à leur accorder. Englué dans mon quotidien, je n’avais guère que quelques soirées et week-end à leur accorder avant de les raccompagner finalement à l’aéroport, non sans un brin de culpabilité.

J’ai toujours détesté cet arbitrage de l’ordre du dilemme que représente le choix des périodes de congés. De sorte que si, prendre des congés pour profiter de ses parents que l’on ne voit pas souvent est une raison tout à fait valable sur le plan anthropo-logique, d’un point de vue strictement économique et financier c’est tout a fait incompatible.

Autrement dit vous ne prenez pas vos congés quand cela vous arrange, mais si et seulement si c’est compatible avec l’activité économique de l’entreprise pour laquelle vous avez juré fidélité et loyauté. Je ne critique pas. J’expose juste un état de fait, source d’une certaine frustration pour beaucoup de travailleurs.

Étant actuellement sans activités salariés, je peux me réjouir cette fois d’avoir eu le luxe de passer du temps en compagnie de mes parents à discuter des heures durant. Tantôt politique et linguistique avec mon père qui ne supporte pas que l’on triture la langue française. Mais surtout philosophie et développement personnel avec ma mère qui, je l’observe depuis quelque temps, cherche elle aussi des réponses dans les livres.

Je suis bien le fils de mes parents

Je les aime ces deux là ! Ils sont si différents. Mon père, plutôt de nature optimiste et d’une sérénité à toute épreuve,  est à l’opposé de ma mère plutôt en clin à de l’inquiétude nourrie par un réalisme à tendance “pessi-mystique” de celui qui ne croit pas en Dieu et plus tout à fait en l’Homme.

En d’autres termes, si mon père lui, pense qu’il est toujours possible de changer les choses quelque soit le temps que cela prendra. Ma mère quant à elle n’a guère la foi dans un monde meilleur. Elle est de ceux qui pensent que les actions positives individuelles sont une goutte d’eau dans l’océan.

Eurêka ! 

Il est donc là mon problème. Je serais victime de mon patrimoine génétique – une chercheuse aurait identifié « le gène du pessimisme » – qui me pousse constamment à osciller entre le positivisme serein de mon père et le fatalisme réactionnel de ma mère. Vous savez c’est ce truc qui vous pousse à penser chaque fois qu’un évènement positif survient “c’est bien MAIS combien de temps ça va durer ?”. De sorte que vous n’êtes jamais tout à fait dans l’apaisement mais souvent dans l’anticipation du négatif.

C’est une chose que j’ai pu vérifier chez mes parents au cours de nos récentes discussions au sujet de la vie. Et qui s’est manifesté en moi sous la forme de grands écarts émotionnels depuis que j’ai entrepris ce chemin vers une transformation profonde ; un jour j’ai la foi dans la nécessité de mener une vie exaltante qui ne soit pas simplement un empilement de contraintes et d’obligations. Et le jour suivant je suis accablé par un pessimisme qui me donne le sentiment qu’une telle vie relève plutôt de l’utopie.

Quoiqu’il en soit, cette petite parenthèse familiale nous aura permis à tous de faire le point sereinement sur ces affaires de succession qui ne sont jamais des sujets très réjouissants, évoquant la mort et la disparition. Et en ce qui me concerne, ça a été l’occasion d’exposer à mes parents les motivations de ma décision de changer d’orientation, qui n’est en réalité qu’une métaphore de ma volonté de devenir un homme responsable de sa propre destinée.

 

,

No comments yet.

Leave a Reply

Anti-Spam Quiz:

Powered by WordPress. Designed by Woo Themes