Menu acceuil

Passer D’une Vie Inconsciente à Une Vie Consciente

Écrire tous les jours…

Écrire sur les choses de la vie. Écrire sur le monde. Écrire sur moi. Pas facile !

En grandissant, je prends conscience de la complexité du monde et des rapports humains. Et je m’interroge en permanence. Je remets en question toutes mes certitudes, qui parfois me paraissent illusoires.

Et puis je lis. J’écoute. Je regarde. Je confronte des points de vue et des visions du monde avec l’espoir de trouver celle qui fera écho à celui que je suis aujourd’hui.

Cela me donne parfois le sentiment de papillonner et l’étrange impression de ne pas avoir une personnalité suffisamment forte pour me passer de toutes ces sources extérieures d’informations.

Cependant, en prenant un peu de recul et rétrospectivement, je me dis finalement que je suis peut-être sur la trajectoire tout ce qu’il y a de plus classique d’un individu en pleine construction.

En effet, je me suis successivement intéressé aux questions historiques – notamment dans le cadre d’une quête identitaire liée à ma condition de noir antillais descendant d’esclave africain né à la Guadeloupe vivant en France (métropolitaine) – politiques, économiques et maintenant philosophiques et spirituelles.

Avec finalement en toile de fond, la question fondamentale du sens à donner à notre vie. Que faisons nous là, ici et maintenant ? Que faire de ce temps qui nous est donné à vivre ? Que cherchons nous à accomplir de nos vies ?

Parfois lorsque ces questionnements me hantent de trop, je culpabilise alors de les avoir fait naitre en concluant qu’ils sont d’une certaine façon la source de mon inconfort.

N’est-il pas en fin de compte plus aisé de vivre en se raccrochant à une forme d’intelligence collective, se laissant ainsi guidé par cet instinct grégaire qui nous pousse souvent à donner raison à la majorité, parfois même en dépit de tout bon sens ?

Car en réalité, ce que ce comportement nous enseigne sur notre nature humaine, c’est qu’au plus profond de nous, lorsqu’il nous faut choisir entre avoir raison et être aimé, nous choisissons d’être aimé, parfois même au détriment de notre santé mentale. C’est ainsi que certains, ayant fait tout ce qu’il fallait pour être aimé, finissent par détester secrètement ce qu’ils sont devenus.

Aussi paradoxale que cela puisse paraitre, il n’est effectivement pas facile de donner la priorité aux choses essentielles qui contribuent à notre équilibre intérieur, car c’est aussi prendre le risque de se mettre en marge du groupe. Et se mettre en marge du groupe pour affirmer son individualité, c’est risquer d’être pris pour cible par ce dernier.

ILS jouent la sécurité, sont prompts à assassiner ce qu’ils ne comprennent pas. ILS se déplacent en meute ingérant de plus en plus de peur à chaque acte de haine les uns envers les autres. ILS se sentent plus à l’aise en groupe, ayant ainsi moins de culpabilité à avaler. ILS sont NOUS ! Voilà ce que nous sommes devenus. Peur de respecter l’individu. Dans certaine circonstance, il suffit d’une seule personne pour aider une autre à changer. A s’aimer elle-même. A évoluer. – Erykah Babu, monologue extrait de la vidéo Windows Seat

J’aime beaucoup ce petit texte d’Erykah Babu, car il me rappelle l’importance de faire preuve d’humilité et d’empathie en lieu et place de notre propension à juger tout ce qui sort de l’ordinaire. Car le bonheur se trouve aussi dans notre capacité à révéler l’Être qui sommeille en nous, anesthésié par la peur du jugement et du qu’en dira-ton. Je lutte moi-même avec cela régulièrement.

Mais que l’on se rassure, avec une pratique régulière, tout s’apprend. Même le bonheur parait-il !

Cela me rassure en effet de lire que « Tout s’apprend. Car la vie humaine a comme sens de passer d’une vie inconsciente (l’enfance/la jeunesse NDLR) à une vie consciente (la vie adulte NDLR) . Cela ne se fait pas sans tout revisiter. Son corps comme son âme.» – Bertrand Vergely. Petite philosophie du bonheur. p 16.

Je crois que c’est exactement ce que je suis en train de vivre : passer d’une vie inconsciente à une vie consciente, mettant ainsi à l’épreuve mon corps et mon âme. Et vous savez quoi… ? C’est dur !!

_
photo credit: Olivander via photopin cc

 

, ,

One Response to Passer D’une Vie Inconsciente à Une Vie Consciente

  1. Thomas Masson 31 July 2014 at 17:35 #

    Jérôme,

    je m’interroge aussi sur cette question. Et je me dis “heureux les simples d’esprit” !

    Maintenant, je me dis que la maitrise de la conscience est une necessité. Parfois même, elle s’impose à nous. Car, à un moment donné, notre inconscience nous pousse à nos limites. Nous heurte contre des paroies invisibles.

    La conscience est une énorme responsabilité. Elle affirme notre individualité. Notre personnalité. Notre exception.

    Ce qu’il faut aussi apprendre à faire, c’est faire le vide. Ne penser à rien. Agir comme guidé par un autre, en toute confiance. Cela s’appelle du lacher prise. Un abandon. Un saut dans le vide.

    La bataille du milieu, ou l’harmonisation entre l’inconscience et la conscience me fait penser à une image.
    Celle du baton en bois et du serpent : http://christifer.free.fr/Texte-Baguette-Hermes-Mercure-Baton-Asclepios-Esculape.php

    Le bois, c’est une béquille, une droiture, une arme pour repousser
    Le serpent, c’est un animal sinueux, qui menace de mordre, d’empoisonner avec son venir.
    -> quand l’un et l’autre se fait la guerre, c’est une morsure ou un coup de baton.
    -> quand ils sont en paix, l’un s’entortille à l’autre, pour ne faire comme qu’un.

    Cela amène à réfléchir en tout cas. Encore et encore. Mais pas trop !

Leave a Reply

Anti-Spam Quiz:

Powered by WordPress. Designed by Woo Themes