Menu acceuil

Comment Se Faire Inviter Au Théâtre et Passer Une Excellente Soirée

Give

Give

Depuis que j’ai quitté mon emploi dans l’informatique, il y a maintenant presque 1 mois, j’ai adopté une attitude proactive en essayant d’occuper ce temps nouvellement récupéré de façon constructive pour moi et qui soit utile aux autres.

Mon premier réflexe à été de me tourner vers le bénévolat et plus particulièrement, l’aide aux plus démunis – je recherche toujours une association. Si vous connaissez une association qui recherche des bénévoles, n’hésitez pas à m’en faire part.

 

Pourquoi le bénévolat ?

Parce qu’après avoir goûté au confort du salariat dans une grande entreprise pendant 5 ans, j’ai souffert au court de ces 2 dernières années d’une crise de sens. Vous savez ce truc un peu abstrait qui vous ronge de l’intérieur chaque fois que vous faites quelque chose en ayant cette petite voix en fond qui vous répète « A quoi ça sert… à quoi ça sert tout ça ? »

J’ai souffert de ne plus avoir le goût de raconter mes journées à ma chérie, au point de vouloir éviter la question pourtant anodine du soir « comment s’est passée ta journée ? ».

De même que répondre à la question « et toi… qu’est ce que tu fais dans la vie ? » était devenue pour moi un exercice laborieux. Lorsque vous exercez un métier très technique que seule une partie d’initiés connait, à chaque tentative d’explication vous courez le risque d’être ennuyant… et c’est ennuyeux !

Lorsque vous ne trouvez plus de sens à ce que vous faites, vous perdez de cette énergie communicative qui permet de raconter avec enthousiasme ces petites choses qui apportent satisfaction au quotidien.

Alors le bénévolat s’est imposé à moi comme une évidence dans cette tentative de redonner du sens à mes actions. L’idée étant de réduire le temps et l’espace entre une action et son bénéficiaire afin de pouvoir en mesurer l’impact de façon très concrète.

C’est la raison pour laquelle j’ai suivi une formation aux Premiers Secours Civique de niveau 1 (PSC1) avec la Croix Rouge. Quoi de plus concret que d’apprendre à faire les gestes qui peuvent sauver une vie ?

Mais au-delà de ça, le bénévolat est aussi pour moi l’occasion de rencontrer et d’échanger avec des gens en dehors de mon cercle naturel de fréquentation, d’âge et d’origine divers.

C’est d’ailleurs ce que j’ai fait le jour où j’ai rencontré un coach et un SDF. Je me suis mis en situation d’inconfort. J’ai affronté ma peur de l’autre. Je suis allé dans la rue et je suis sorti de l’indifférence en établissant le contact avec “SIMI”, un personnage incroyable qui a posé ses valises rue Auber à la sortie du RER A.

En discutant avec lui, cela m’aura permis de vérifier une chose que je savais de manière théorique pour l’avoir lu sur internet, c’est qu’il y a une chose très appréciée par les sans abri après l’argent, c’est une paire de chaussettes propres.

Qu’ai-je fais de cette information ?

Je lui ai demandé sa pointure et le lendemain je revenais avec un lot de 2 paires de chaussettes en coton 70% made in France achetée 3, 50 € au Franprix non loin de chez moi.

Voilà donc un exemple très concret de ce que j’appelle réduire le temps et l’espace entre une action et son bénéficiaire.  Et je peux vous dire que ça fait du bien. Essayez !

 

Give More Than You Take

Give More Than You Take

 

Mais le bénévolat peut prendre d’autres formes et avoir des retombées plutôt inattendues…

Depuis quelques mois je me suis mis en tête de me servir de Twitter (contactez-moi sur Twitter @JBconfidentiel) comme d’un accélérateur de particules pour booster mes relations sociales.

J’ai donc décidé de répondre de manière un peu aléatoire à un certain nombre de bouteilles jetées à la mer par des twittos (utilisateurs de Twitter) lançant des appels à contribution :

La magie de Twitter

La magie de Twitter

Voilà comment je me retrouve embarqué dans cette petite aventure de 2 jours au sein de l’équipe de bénévoles du SEIWA FESTIVAL 2014  qui se déroulera les 28 et 29 mars au Théâtre de la Piscine à Châtenay-Malabry. (Venez nombreux !)

Le SEIWA FESTIVAL est un biofestival indépendant et solidaire au profit de l’association Tchendukua, chargée de racheter des terres aux indiens Kogis de Colombie.

C’est ainsi qu’hier, j’ai rencontré la responsable des bénévoles pour une petite séance de distribution de flyers devant le Théâtre 71 à Malakoff. C’était aussi l’occasion de faire un peu connaissance avant le jour J.

Si d’ordinaire tendre des flyers dans la rue à des passants pressés et indifférents est de nature à malmener votre égo. Pour moi qui suis plutôt discret et réservé cela relève presque du défit.

Mais vous l’aurez compris, il n’y a pas de petites actions quand il s’agit de se réinventer !

Mais le meilleur restait à venir…

Alors que nous terminions notre distribution de flyers dans une ambiance un peu mélancolique typique d’un dimanche après midi parisien, nous avons eu l’agréable surprise de nous voir offrir par les filles de l’accueil du théâtre, deux places pour le spectacle du soir – “IMMORTELS” (Allez-y c’est GÉ-NIAL !)

« Tu veux y aller ? » me lance instinctivement ma partenaire. « Oui pourquoi pas !» Après tout, qui refuserait des entrées gratuites pour un spectacle?

Ceci dit, en dehors du synopsis un peu vague, nous ne savions absolument pas à quoi nous attendre…

Et bien dans la vie comme au théâtre, il faut parfois accepter de ne pas connaitre le scénario d’avance.

Il faut parfois dire OUI à des situations/propositions que vous auriez d’ordinaire refusées juste pour le plaisir de la rencontre avec l’autre.

Et voilà comment en donnant un peu de mon temps pour aider un petit festival indépendant, j’ai été invité au théâtre et ai passé une EXCELLENTE soirée !
_
photo credit: Tim Green aka atoach via photopin cc
photo credit: Your Secret Admiral via photopin cc

 

,

No comments yet.

Leave a Reply

Anti-Spam Quiz:

Powered by WordPress. Designed by Woo Themes