Menu acceuil

10 Raisons Pour Lesquelles Je Démissionne… Sans Aucun Plan B

Je n’arrive plus à me faire à l’idée de travailler pour le restant de ma vie, uniquement dans le but de subvenir à mes besoins alimentaires et financiers, et en m’octroyant de temps en temps quelques pauvres moments d’évasion.

Passer 8 heures assis dans un bureau à exécuter des tâches que je trouve dénuées d’intérêt en échange d’un salaire, me mine de plus en plus le moral. Je ne me sens plus à ma place dans un tel environnement.

Je déteste avoir le sentiment que week-end soit synonyme de libération. Et l’idée que les congés soient devenus le Saint Graal de l’employé de base, pour qui travailler est vécu comme une contrainte quotidienne nécessaire à l’accomplissement d’un projet de vie qui se limite à se nourrir, se loger, consommer et partir en vacances.

Je trouve d’ailleurs qu’il y a quelque chose de suspect dans cet engouement que manifeste la plupart des gens pour les congés. Beaucoup assimilent ces derniers à une forme de compensation dûment méritée pour le sacrifice quotidien de leur temps – un temps qu’ils auraient bien sûr préféré passer à faire tout autre chose.

Autrement dit, dans l’inconscient collectif, travailler serait le prix à payer pour avoir la jouissance de 2 jours de repos par semaine, et 5 semaines de congés par an.

Pas étonnant alors que des expressions comme « ouf c’est vendredi… bientôt le week-end ! » ou à l’inverse « ça va comme un lundi ! » ou encore « j’étais mieux en vacances ! » soient si populaires dans le monde du travail.

Personnellement, je trouve extrêmement angoissant la perceptive de passer ma vie à travailler en comptant les heures et les jours dans l’attente du week-end ou des prochaines vacances.

Et puis il y a bien sûr la délicate question du salaire, considéré comme toujours insuffisant – en témoigne cette course sans fin aux augmentations à laquelle se livrent ceux qui ne trouvent plus consolation que dans l’espoir de voir leur salaire augmenter d’une année à l’autre.

Ce besoin chronique d’augmentation, combiné au désir récurrent d’être en congés, est pour moi symptomatique d’une incapacité à trouver une activité professionnelle qui procure un sentiment d’accomplissement.

En d’autres termes, quand l’argent et le nombre de jours de congés payés deviennent le centre des préoccupations, c’est le signe qu’un peu de changement s’impose.

Ainsi, je crois pouvoir dire sans me tromper qu’à l’inverse, lorsque quelqu’un trouve réellement CETTE CHOSE qui donne tout son sens à l’effort, le travail devient un véhicule de réalisation personnel au service de la communauté.

L’argent devient alors un effet collatéral qu’on apprécie à sa juste valeur. Et les journées deviennent trop courtes…

 

Cyclo-funambule - Copyright Didier Pasquette

Cyclo-funambule – Copyright Didier Pasquette

 

La vie, c’est comme la bicyclette : il faut avancer pour ne pas perdre l’équilibre.

- Albert Einstein -

Pourquoi je démissionne alors que je n’ai aucun plan B ?

1.  Parce que je suis, justement, devenu ce type qui compte les heures, comme un détenu compte les jours, dans l’attente de rentrer chez lui.

2.  Parce que je suis un imposteur qui occupe la place d’un autre qui ferait ce job mieux que moi.

3.  Parce que je suis de retour dans ma zone de confort, et que dans cette zone deux choses ont tendance à se produire:

a) Je commence à m’ennuyer

b) Comme j’ai du temps pour réfléchir, je fini par me mépriser de m’être mis dans cette situation et de ne pas avoir le courage    de prendre plus de risques.

4.  Parce que je connais la plupart des restaurants du quartier.

5.  Parce que je n’arrive plus à faire semblant de m’intéresser aux conversations et aux réunions relatives au boulot.

6.  Parce que je passe beaucoup de temps au boulot à surfer sur internet dans l’espoir de trouver une issue.

7.  Parce que si ce n’est pas moi qui pars, il finiront par me virer.

8.  Parce que j’ai besoin de faire un break dans mon parcours professionnel afin de redéfinir un certain nombre de priorité.

9.  Parce que j’ai besoin de me confronter au vide et voir de quelle manière ce vide se remplit.

10. Parce que celui qui n’avance pas, perd l’équilibre.

 

 

,

2 Responses to 10 Raisons Pour Lesquelles Je Démissionne… Sans Aucun Plan B

  1. Oliv 10 December 2014 at 10:35 #

    Bonjour,

    Si je n’avais pas lu cet article, je jurerais que c’est moi qui l’aurait écrit… Bref je me retrouve tout à fait dans ce qui est écrit. Ca fait plaisir de ne pas se sentir seul !

    Où en êtes vous de votre réflexion ?

    Merci

  2. Jerome 12 December 2014 at 17:13 #

    Sur le chemin laborieux de la reconversion… actuellement en formation.
    Et vous quel est votre projet ?

Leave a Reply

Anti-Spam Quiz:

Powered by WordPress. Designed by Woo Themes