Menu acceuil

10 Jours de Formation et Une Bouffée d’Oxygène

Cameraman_02

 

Je sors de 10 jours de formation aux bases de la réalisation vidéo à l’EMI CFD avec un sentiment agréable de légèreté…

Mais avant toutes choses, laissez-moi  vous raconter comment moi – informaticien un peu malgré moi et en pleine reconversion – je me suis retrouvé à faire le montage d’une interview réalisée quelques jours plus tôt avec une créatrice de costumes pour Hollywood ayant travaillé avec les artistes Prince et Tupac Shakur, pour ne citer que ces deux là… et à faire le caméraman pour une interview réalisée à l’occasion du concert du groupe Midnite au New Morning (si tu aimes le reggae roots tu vas aimer Midnite).

C’est une fois de plus une histoire d’heureux hasard (ou pas) comme il en arrive souvent dans la vie, et de rencontres. Tout a commencé lors d’une de mes innombrables pérégrinations sur internet, dans une énième tentative de trouver l’inspiration salvatrice – ce truc qui me permettrait enfin de me dire “voilà c’est ça que je veux faire !”

Alors que je recherchais des infos sur l’Alternative Urbaine – petite entreprise solidaire qui organise des balades urbaines dans le 20ème guidées par des SDF en réinsertion – je suis tombé sur l’excellent article de Thomas Masson. Séduit par son style d’écriture et sa bio, j’ai voulu en savoir un peu plus.

Thomas a longtemps travaillé dans la coordination de projets dans le secteur de l’économie solidaire et a décidé depuis peu, d’opérer un changement radical dans sa vie en devenant journaliste indépendant. D’ailleurs il s’en amuse lui même avec pas mal d’autodérision sur son site où on peut lire «  Thomas Masson… en reconstruction. Pour un Masson, pas trop de soucis. Je cherche juste le “ç” … »

C’est marrant comme parfois quelque mots suffisent à vous donner envie de rencontrer quelqu’un. “En reconstruction” voilà le mot-clé qui a fait tilt dans ma tête. C’est un mot qui appliqué à l’être humain, porte une charge émotionnelle importante et qui du coup ne peut pas être utilisé à la légère. Et puis au fond si je suis honnête avec moi même, cela fait écho en moi car plus qu’une reconversion professionnelle, il s’agit aussi pour moi de me reconstruire à partir des débris de cet espèce de chaos mental dans lequel je me trouve.

Alors j’ai fait ce que je fais souvent dans ces cas là. J’ai twitté ! Et en moins de temps qu’il n’en faut pour rédiger ces fameux 140 caractères, nous étions déjà en train de refaire le monde, une bière à la main, s’étonnant presque du côté fantaisiste de la situation.

Nous sommes restés le temps d’une pinte, devenue presque tiède à force de  parler au lieu de boire, plusieurs heures à discuter de nos vies, nos parcours et nos aspirations et à échanger contacts et autres infos pratiques. Et c’est ainsi que j’ai découvert l’existence de l’EMI CFD (École des Métiers de l’Information) qui est une coopérative de formation dans les secteurs de la presse, de l’édition, des arts graphiques, de la photographie et du multimédia.

C’est alors qu’en parcourant leur site internet, j’ai trouvé une petite formation de 70 heures aux bases de la réalisation vidéo. Étant un gros consommateur de documentaires, je dois avouer qu’il m’était souvent arrivé de m’imaginer caméra à la main…

Et voilà comment de fils en aiguilles, je me suis retrouvé rue des Petites Écuries à Paris entouré de journalistes à apprendre le maniement d’une caméra professionnelle. A réaliser, grâce à mon binôme, l’interview d’une créatrice de costumes ayant collaboré avec Prince sur le film Purple Rain.  Et enfin, rêve de tous mélomanes, à filmer un concert au New Morning, branché directement sur la console de l’ingénieur du son.

Ces 10 jours de formation on été pour moi une véritable bouffée d’oxygène à un moment où je commençais un peu à battre de l’aile mentalement et à me sentir un peu isolé dans cette quête (utopique ?) d’une vie en harmonie avec ce que je suis aujourd’hui.

Je me suis à nouveau retrouvé l’espace d’un court instant à passer 7 heures par jours devant un ordinateur. A la différence que cette fois-ci le plaisir était au rendez-vous ! Seul derrière mon logiciel de montage vidéo, mon casque audio sur les oreilles, je ne voyais plus le temps passer, stimulé par le soucis du travail bien fait. Impatient de voir le résultat. J’ai renoué avec ce plaisir qui m’a longtemps animé étant étudiant, lorsque je passais des week-ends à éditer et mixer de la musique sur l’ordinateur.

Mais bien au delà de l’aspect purement anecdotique de tout cela, je retiendrai surtout l’aspect humain de cette expérience que je me plais à qualifier de stage-découverte. Car en effet, au contact de journalistes issus pour certains de “la vieille école”, cela a été pour moi une formidable occasion d’en savoir un peu plus sur ce beau métier bouleversé une fois de plus par la révolution numérique.

Quoi qu’il en soit, et en dépit de leurs difficultés respectives face à ce monde en pleine mutation, j’ai rencontré des hommes et des femmes tous animés par la volonté commune de redonner une impulsion nouvelle à leur carrière professionnelle dans un soucis de cohérence avec leurs valeurs et leurs aspirations personnelles. Et ça pour moi… ça n’a pas de prix !

Petit message personnel: je vous souhaite à tous du succès sur votre chemin en espérant vous croiser à nouveau pour une petite session FINAL CUT [private joke]

_

photo credit: sevgi.k via photopin cc

 

, ,

No comments yet.

Leave a Reply

Anti-Spam Quiz:

Powered by WordPress. Designed by Woo Themes